• L'échange de personnes

    L’échange de personnes dans la coopération internationale est une forme de coopération au développement dans laquelle ni l’argent, ni la technologie n’occupent le premier plan, mais bien la rencontre fructueuse d’individus de différentes cultures. Ensemble ils oeuvrent en faveur de meilleures conditions de vie dans les pays du Sud.

    http://www.unite-ch.org/fr/principes-et-plus-value
  • Plus-value

    L’échange de personnes dans la coopération au développement démontre avec des moyens mesurés un impact direct sur le développement, en faveur des populations locales au Sud. Cette forme particulière de coopération contribue également à la tradition d'une Suisse humanitaire, engagée et ouverte au monde.

    http://www.unite-ch.org/fr/plus-value
  • Peter Niggli

    "Sans un échange animé entre êtres humains des différents continents, il serait encore plus difficile de trouver un terrain d'entente international. Je souhaiterais cependant que nous n'envoyions pas seulement des volontaires dans les pays en développement, mais que nous invitions également, à une large échelle, des personnes du Sud, afin qu'ils nous aident à mieux comprendre le monde."

    http://www.unite-ch.org/fr/node/838
  • Liliane Maury Pasquier

    « Les professionnel-le-s qui mettent leurs compétences à disposition de partenaires du Sud portent la voix d'une Suisse humanitaire, engagée et ouverte au monde. »

    http://www.unite-ch.org/fr/node/838
  • Luc Recordon

    « Les volontaires jouent un rôle essentiel dans la société civile suisse en tant que multiplicateurs de l’information sur le Sud et formateurs de conscience »

    http://www.unite-ch.org/fr/node/838
  • Toni Frisch

    « Le souci de professionnalisme d’Unité et sa recherche de qualité par l’élaboration de standards élevés sont essentiels pour avoir un impact direct en faveur de meilleures conditions de vie pour les populations en détresse »

    http://www.unite-ch.org/fr/node/838
  • Konrad Graber

    « La coopération par l'échange de personnes est primordiale, car elle donne la possibilité, à celles et ceux qui y sont prêts, de s'engager personnellement pour un monde plus juste. »

    http://www.unite-ch.org/fr/node/838
  • L'association

    Depuis 50 ans, Unité, l'Association suisse pour l'échange de personnes dans la coopération au développement, veille à la qualité des engagements de volontaires au travers de standards, évaluations, appuis institutionnels, études et formations. Elle est formée d'une vingtaine d'organisations membres

    http://www.unite-ch.org/fr/node/36

Actualités

Tobie Lehmann

Pour vous, c’est quoi la coopération par l’échange de personnes ? Voilà la question à laquelle ont répondu, à l’occasion d’un concours-vidéos, cinq professionnels affectés sur le terrain dans des programmes de développement par des organisations membres d’Unité. Dans ces petits clips, ils partagent leur perception de l’impact de cette forme de coopération à visage humain, pour les communautés locales qu’ils ont côtoyées et pour l’organisation partenaire à laquelle ils ont mis leurs compétences à disposition. Ils expliquent également comment cette expérience a changé leur vision du monde. Une nouvelle perspective qu’ils pourront également partager en Suisse à leur retour.

La vidéo de Tobie Lehmann, lauréat du concours et affecté par le CEAS à Madagascar du 1er novembre 2016 au 23 avril 2017.

Voir toutes les vidéos

© Daniel Hitzig/Alliance Sud

e Conseil fédéral a présenté sa proposition de budget fédéral 2018, sous le titre « un résultat équilibré ». Il s’agit en réalité d’un paquet d’économies complètement unilatéral qui devrait aller aux dépends de la coopération au développement.

Communiqué de presse d’Alliance Sud du 28 juin 2017

Les coupes visées par le Conseil fédéral dans le budget 2018 pourraient difficilement être moins équilibrées. Dans la défense nationale il est prévu d’augmenter les dépenses de 2.8%, alors que les dépenses pour la formation devraient stagner. En agriculture le Conseil fédéral prévoit certes des coupes d’environ 3%, mais on voit difficilement comment le Parlement, dans sa composition actuelle, pourrait les accepter.

En 2016, environ 150 millions de francs ont déjà été coupés dans la coopération internationale. Le Conseil fédéral avait promis que les dépenses augmenteraient de nouveau rapidement. Pourtant maintenant il veut de nouveau couper 150 millions, ce qui correspond à une réduction additionnelle de 2% par rapport à 2017. Une fois de plus, c’est l’engagement de la Suisse en faveur d’un monde juste et de la paix qui va en faire les frais. Les mesures d’économie vont aller aux dépends de l’aide humanitaire et de la coopération au développement à long terme et toucher aussi bien la coopération bilatérale que multilatérale, par exemple les programmes de développement de l’ONU. Seule l’aide d’urgence immédiate et la promotion de la paix sont épargnées.

La coopération au développement n’est pas seulement synonyme de solidarité, elle est aussi stratégiquement indispensable pour le bien-être de la Suisse. Elle donne des perspectives de vie dans les pays pauvres et fragiles, elle sert à prévenir l’extrémisme violent, les conflits armés et la fuite et elle sert aussi l’économie suisse, fortement orientée vers l’extérieur. Malgré cela, c’est précisément ici que le Conseil fédéral veut couper. Stratégiquement, c’est simplement déraisonnable. La population suisse pense pourtant plus loin : Dans l’étude sur la sécurité 2017 de l’ETH (en allemand), seuls 12% des sondés pensent que la Suisse dépense trop peu pour sa défense. Par contre, 65% exigent que la Suisse donne plus d’aide au développement pour assurer ses intérêts et contribuer à la sécurité du monde.

Pour plus d‘informations: Mark Herkenrath, directeur d‘Alliance Sud, 078 699 58 66.

Unité vous invite à assister à une conférence-débat publique sur le thème:

Agenda 2030
Le rôle des ONG suisses de coopération dans le partenariat pour le développement durable

28 juin 2017, 13h45 à 16h00
Hotel Kreuz, Saal Hodler, Zeughausgasse 41, Berne

Télécharger l'invitation ¦ Inscriptions

INTERVENTionS

 

AGENDA 2030 ET DECISIONS POLITIQUES, QUELLES CONTRADICTIONS ? 

Marina Carobbio Guscetti

Conseillère Nationale, co-Présidente d’AMCA, aiuto medico al Centro America

 

WELCHE ROLLE FÜR DIE ZIVILGESELLSCHAFT IN DER AGENDA 2030 ?

Eva Schmassmann

Responsable du dossier Politique de développement à Alliance Sud

 

 

PERSONELLE EZA ALS VERSTÄRKUNG VON KOOPERATIVEN PARTNERSCHAFTEN

Sarah Makanjera

Responsable des programmes, Développement international, Armée du Salut Suisse

 

ROBIN DES WATTS: DES ENFANTS S'ENGAGENT, ICI ET LA-BAS, POUR UN MONDE DURABLE ET SOLIDAIRE

Jean-Luc Pittet

Secrétaire Général de Terre des Hommes Suisse

Afin de mettre en œuvre l’ambitieux Agenda 2030 pour le développement durable, il est nécessaire de « renforcer les moyens de mettre en œuvre le Partenariat mondial pour le développement durable et le revitaliser ».  Tel est explicitement l’énoncé du 17ème et dernier de ces objectifs pour le développement durable, qui requièrent une action tant au Nord qu’au Sud dans le cadre de partenariats inclusifs, construits sur des principes, valeurs et buts communs.

En étant actives tant dans les pays en développement qu’en Suisse, les organisations de coopération au développement ont des cartes en mains pour jouer un rôle prépondérant dans ce partenariat mondial. Quel est ce potentiel et comment l’exploiter au mieux ? Telles seront les questions abordées lors de cette conférence-débat publique, par des représentants du monde politique et de la société civile.

Langues

Allemand et français, sans traduction

Programme

13.45           Mot de bienvenue et introduction

14.00           Interventions

14.50            Pause-café

15.10           Table ronde avec les intervenants et questions du public

16.00           Apéritif     

Inscriptions 

Les inscriptions sont possibles jusqu’au 24 juin 2017 à

Online: www.unite-ch.org/podium

E-mail: info@unite-ch.org

Tél.: 031 381 12 19

Courrier: Unité, Rosenweg 25, 3007 Bern

Avec le nom, le prénom, l’organisation, l’adresse e-mail et le nombre de personnes.

Arrivée 

L’hôtel Kreuz est à 5 minutes à pied de la gare centrale de Berne. L’arrêt de Bernmobil «Bärenplatz» (Tram 3/5/9, Bus 12) est à 2 minutes à pied de l’hôtel.

Télécharger les instructions